CHINE

LE PAYS DE LA DEMESURE

Capitale : Beijing (Pékin)
Régime :
État communiste autoritaire
Monnaie : Yuan (CNY)
Superficie : 9 596 960 km²
Population : 1,3 milliard
Langues :
Chinois Mandarin
Religions : Bouddhistes, Taoïstes

Pourquoi la Chine ? 

  • Parce que la Chine… Et, bien, c'est la CHINE !
  • Parce que tellement de choses se disent sur ce pays ; ce pays dont on parle le plus, ce pays incontournable, ce pays qui fait peur... Alors on s'est dit que ce serait bien de profiter de ce tour du monde pour aller y jeter un coup d'œil et se faire notre propre opinion !

 

Que pensons-nous y trouver ?

La Chine, pour nous, c'est un peu la grande interrogation. Bien sûr, on ne doute pas que ce soit un pays magnifique et diversifié... La Chine, c'est tout de même 19 fois la France ! On ne doute pas non plus que ce soit un pays sous dictature classé 136e sur 167 au palmarès de la liberté de la presse avec les problèmes que l'on connait au Tibet (que nous comptons également découvrir). La Chine, c'est aussi 1.3 milliard d'êtres humains soit 21% de la population mondiale... Un gros morceau, quoi !

Alors, avec tout ça à quelle sauce vont-ils nous croquer ? On s'est fait une image douce et suave de ses paysages entre rizières et forêts de bambou, la grande muraille nous appelle de son chant de sirène, l'armée enterrée de Xi’an nous pose des questions et pourtant, il parait qu'on ne voit jamais le soleil ou presque. Les cités ne prennent le nom de villes qu'à partir de 10 millions d'habitants !

Et que penser des chinois ? On les verrait bien renfermés, toujours prêts à vous jouer une « chinoiserie » mais parait-il qu’ils sont gentils et serviables. Nous ne demandons qu’à voir.

L’anglais ou toute autre langue étrangère y étant apparemment très peu parlée, nous nous attendons à de grands moments de solitude. Et la cérémonie des toilettes devrait nous laisser tout aussi perplexes. En résumé, on s'interroge !

 

Quand au Tibet en lui-même, nous ne ferons pas d'aparté. On ne voudrait pas perdre de points vis-à-vis de l'administration chinoise en vue de l'obtention de nos visas... Déjà que ce n’est pas gagné ! Mais, en quelques mots, nous nous préparons à découvrir une région baignée dans la spiritualité et l'oppression.

 

Alors, ça a donné quoi ?

Les préjugés ont la vie dure... Parmi eux, ne lésinons pas sur les mots, les chinois sont... « petits et rabougris », « sales et sous-développés », « malpolis et arnaqueurs »... Seuls « bosseurs » et « commerçants » figurent dans la liste des critiques positives. Mais voilà, ces préjugés qui courent souvent sur nos amis asiatiques sont obsolètes... enfin, pour certains !

 

« Petits et rabougris » ?!

Ça se voit que c'est pas vous qui vous êtes coltiné un gamin (oui, maintenant qu'on est vieux, les jeunes de 18 ans sont des gamins !) d'un bon mètre quatre-vingt dix pendant une nuit en « hard-seat » durant laquelle vous avez cherché tant bien que mal à étendre vos pauvres malheureuses jambes !

Pas vraiment rabougris non plus. Il n'y a qu'à demander à Ander si son torticolis ne l'a pas fait trop souffrir à force de se retourner sur bons nombres de chinoises aux shorts souvent inversement proportionnels à la longueur de leur jambes !

 

« Sales » ?!

Ah, on s'attendait tellement à être contraints et forcés de s'exercer dans ces fameuses mais rares toilettes sans portes où l'on peut aisément observer son voisin en train d'expédier son repas de la veille, que lorsque nous avons non seulement découvert que des toilettes publiques gratuites pullulaient partout dans les grandes villes et quand plus, elles étaient dignes de nos critères occidentaux (même bien mieux parfois que nos pauvres box parisiennes), on en était presque déçus... Presque ! Parce qu'on a quand même eu droit à quelques exemplaires peu scrupuleux qui nous ont d'autant plus fait apprécier la moyenne générale, méritant amplement une mention « assez bien » !

 

« Sous-développés » ?!

Alors là ! Mettez-vous bien profond le doigt dans l'œil ! Bien sûr, nous ne parlons que de ce que nous avons vu, à savoir les villes principalement : Chengdu, Xian, Beijing... Mais là, on le crie haut et fort : « En matière de technologie et d'urbanisme, nous sommes des arriérés, les amis ! ». Cela fait bien longtemps que les livres électroniques et autres DVD portables ont envahis les rues pékinoises ou que des centaines d'écrans plats publicitaires défilent le long de la rame du metro pour en faire profiter le consommateur même lorsqu'il est en mouvement. Quant au passe « Monéo », il leur sert à régler à prix réduit les transports en commun, l'addition de certains restaurants... Bien sûr, tout ceci n'a rien de très communisme mais depuis quand la Chine est un pays communiste ?!

En revanche, on peut clairement dire qu'il s'agit d'un pays « en développement » au vu des milliers d'infrastructures lancées comme des petits pains. Pas un kilomètre carré dans n'importe quelle direction sans voir au moins une grue ! Et quand ils y vont, ils font pas semblant. Rien qu'à Datong, on a pu repérer un chantier de 65 immeubles de 30 étages... à la louche !

 

« Malpolis »?!

Malgré ça, certaines idées reçues perdurent. Il n'y a jamais de fumée sans feu. Ainsi, les Chinois ne sont pas vraiment d'une courtoisie à toute épreuve et attendre que les gens descendent du métro avant d'y pénétrer relève de l'inconcevable pour eux. En poussant, ça finit toujours par entrer et par sortir ! Il ne faut donc pas voir peur de jouer des coudes ! Mais bon après tout faut les comprendre, avec près d'1 milliard et demi d'âmes dans le même pays faut faire sa place...

 

« Arnaqueurs » ?!

C'est le bas qui blesse ! Ah, ces commerçants chinois qui travaillent sans compter leur heure pour amasser de jolies fortunes ne déméritent pas dans leur labeur mais leurs petits tas financiers proviennent aussi de leur capacité à adapter l'addition à leur gré ! « Heu, pour vous, ce sera 160 » (quand d'habitude, c'est 50). « Deux omelettes s'il vous plaît comme hier ?! - Ça vous fera 10 ! - 10 ? Hier, c'était 6 – Peut-être mais aujourd'hui, c'est 10 ! ». Et bien, vous vous doutez qu'ils ont pu compter sur nous pour demander les prix en avance aux autres clients chinois pour être sûr du bon prix, recalculer les additions, négocier fermement les tarifs et... laisser les omelettes sur l'étalage. « Ah, bien finalement, aujourd'hui, on n'en veut pas ! »

 

 

On en retient bien sûr des fils rouges... :

. les soupes lyophilisées... pour les longs trajets en train !

. les trains... pour lesquels nous avons pu tester malgré nous toutes les catégories !

. les mini-shorts des chinoises... qui en plus de ne pas avoir froid aux fesses semblent par conséquent ne pas avoir froid aux yeux !

. la surpopulation... 1 milliards et on ne sait plus combien de centaines de millions, faut bien les caser quelque part. Même si on aurait préféré ailleurs que dans nos pattes !

. les marches... tantôt pour gravir un mont sacré, tantôt pour passer d'un trottoir à l'autre en passant sous ou sur les voies de circulation, tantôt pour parcourir la Grande Muraille... tout le temps quoi !

. les glaces et les bières... le premier, pêché mignon d'Ophély, le deuxième, celui d'Ander pour mieux vivre les 37-38° ambiants !

. les pantalons ouverts aux fesses des enfants en bas âge... pourquoi s'enquiquiner avec des couches. Et plus de dérapage par manque de temps pour baisser le pantalon !

 

Le proverbe chinois

« L'alpiniste sage attend que le sommet de la montagne descende.»