COSTA - RICA

« PURA VIDA »

Capitale : San José

Régime : République

Monnaie : Colon (CRC)

Superficie : 51 100 km²

Population : 4,2 millions et 4 depuis quelques mois

Langues : Espagnol

Religions : Catholiques romains (76.3%), Evangélistes (13.7%), autres protestants (0.7%), Témoins de Jéhovah (1.3%), autres (4.8%)

Pourquoi le Costa-Rica ? 

  • Parce que le Costa-Rica est l’un des derniers pays à posséder une nature exubérante, presque vierge. Et pour les lecteurs aguerris du blog, vous aurez bien compris que Dame Nature, c’est notre copine !
  • Parce que nos amis, Olivier et Céline, et leurs bambinos, Mila et Léo, ont quitté leur Auvergne natale pour refaire leur vie sur la côte pacifique. Alors, forcément, la destination doit receler quelque chose de fort que nous sommes est impatients de découvrir.

 

Que pensons-nous y trouver ?

Aahh… Le Costa-Rica... « Pura vida », ils disent là-bas. Quelle promesse !

Sur le devant de la scène touristique depuis quelques temps maintenant mais de façon encore abordable, une nature exubérante, quelques zones quasi inexplorées, des plages sublimes, des « Ticos » à la gentillesse sans failles… Voilà qui devrait nous convenir.

En provenance du Nicaragua, on entrera au Costa-Rica par la frontière nord du pays pour descendre tranquillement jusqu'à la côte pacifique au sud. Le nord, un peu trop apprécié des « yankees », nous laisse un peu hésitants... Si leur présence se fait trop gênante, on se contentera de faire un petit coucou courtois aux volcans très actifs de la région et de bronzer au contact de la lave en fusion avant de filer en direction du sud… La petite perle du « Corcovado » devrait nous offrir tout ce dont nous rêvons en termes d’environnement luxuriant et de faune, disons inhabituelle : singes-araignée, toucans, crocodiles…

Et puis, et surtout, le Costa-Rica étant dorénavant la nouvelle patrie de nos amis, « Los Bougnatos », nous savons d’avance que les fêtes de fin d'année seront plus qu’amicales... comme en famille !

 

Alors, ça a donné quoi ?

Attention les écrits ci-dessous vont peut-être choquer des âmes sensibles... Les plus critiques d'entre vous diront qu'on est difficiles, les autres comprendront qu'il s'agit d'un ressentit personnel qui retranscrit seulement 3 semaines de vacances (et pas vraiment de voyage...) dans ce pays qui pourrait en espérer beaucoup plus mais...

 

Avec une image de pays de l'or vert, où l'écologie est reine, on attend forcément beaucoup du Costa Rica. On se voit déjà au milieu d'une forêt où la lumière peine à pénétrer tellement la densité de la végétation est importante, on s'imagine déjà entourés de dizaines de singes et de plusieurs paresseux... Et comme souvent dans ces cas-là, on est souvent déçus. Cette destination n'échappera pas à la généralité nous concernant.

 

Tout d'abord, pour une raison extrinsèque à la destination : notre programme avec la découverte du Nicaragua en amont a forcé à la comparaison... Aller au Costa Rica en suivant un pays aussi... aussi... ! Bref, c'est un peu comme déguster du « Poulain » après avoir goûté à la générosité d'un « Van Houten ». La qualité est là certes, mais il y a comme un petit goût moins savoureux : sa concentration animalière n'est pas si forte que l'on pouvait s'y attendre, et son écologie semble parfois de « rattrapage » (le développement à outrance d'aires de protection a pour but de contrecarrer une déforestation catastrophique durant les années 80 – 90, ce n'est pas si vieux).... Avec une désagréable impression que le marketing est passé par là pour exacerber les qualités du pays, certes réelles mais pas du niveau annoncé. Le point positif, c'est la performance de l'Office du Tourisme : quel travail de fond accompli !

 

Heureusement, la partie Sud du pays, bien plus sauvage et authentique et surtout préservée du tourisme Yankee, nous permet encore d'espérer de beaux lendemains car optimisme et comparaison somme toute gardée, le Costa Rica propose une nature exubérante et intéressante, aussi qui découvre l'Amérique Centrale pour la première fois sera comblé.

 

Et puis, le Sud restera pour nous des fêtes de fin d'année originales, avec nos familles et nos amis les « bougnatos ». Alors, forcément, il aurait pu neiger qu'on se serait bien amusés...

 

On en retient finalement des fils rouges... :

. les touristes... Et encore, pour être honnêtes, on aurait pu avoir bien pire !

. la pluie... dans le Nord. Put... d'Arenal que nous n'avons pas vu cracher sa lave !

. le soleil... dans le Sud. Pour compenser et... vous narguer avec notre « cochon » du jour de l'an sur la plage !

. nos parents... Et pas le moindre des fils rouges !

. et pour finir, le « Pura vida ! » si caractéristique des Ticos !

Le proverbe costaricien

« Si tu veux de la farine, va chercher des châtaignes. »