INDE

AU PAYS DE GANDHI…

Capitale : New Delhi
Régime :
République Fédérale
Monnaie :
Roupie indienne (INR)

Superficie : 3 0287 590 km2

Population : 1,1 milliard
Langues :
Anglais, Hindi et 16 autres officielles
Religions : Hindous (81.3%), Musulmans (12%), Chrétiens (2.3%), Sikhs (1.9%), autres groupes y compris Bouddhistes, Jaïns, Parsis (2.5%) (2000)

Pourquoi l’Inde ? 

  • Parce que l'Inde fait rêver la communauté de voyageurs dont nous faisons partie.
  • Parce que Bénarès et le Taj-Mahal sont des noms qui évoquent des ambiances et des histoires incroyables.
  • Parce que, ne perdons pas le nord, la cuisine indienne avec ses multiples currys est unique !

 

Que pensons-nous y trouver ?

L'Inde... Rien que son nom a fait fantasmer des générations de voyageurs, et nous avec forcément !

Premier contact avec ce sous-continent : Bombay, 19 millions d'habitants. Autant vous dire que le premier contact risque d'être intense… rude même ! On va se prendre les couleurs, les sons, les odeurs en pleine poire…

Tout d’abord, cap au nord, direction Delhi pour déambuler à travers le Rajasthan et ses merveilles. A nous, les palais des maharajas, les festins de currys et les chasses au tigre à dos d'éléphant... Ça y est, on divague déjà ! Poursuite bien sûr vers le Taj-Mahal puis Bénarès afin de parfaire notre culture religieuse. Là encore, le choc, pas de doute ! Assister à des crémations en direct live et regarder la mort des autres comme on se tape un bon film au ciné, c'est toujours quelque chose d'étrange et de très fort !

De là, nous rejoindrons le Népal sous la chaleur étouffante d'avant mousson avec surement plus de 40 degrés et pas loin de 90% d'humidité... Des vacances, vous disiez ?!

Tout ça nous fera un petit mois en Inde, concentré sur une petite zone... de la taille de la France tout de même. On sait déjà que nous devrons revenir !

 

Alors, ça a donné quoi ?

« Incredible India », tel est le slogan de l'office du tourisme de l'Inde … et qu'est-ce qu'il lui colle bien à la peau ce petit slogan !

 

En Inde du Nord (il semble que l'Inde du sud soit tout de même assez différente), il faut savoir faire face à l'inattendu... et aucun voyage ne ressemble à un autre car l'Inde n'est pas un pays qu'on parcourt en spectateur ! Du matin au soir, elle sollicite tous les sens : du volume sonore ambiant constant qui doit au moins dépasser les 150 décibels, des rabatteurs qui vous traquent à chaque coin de rue pour gagner une petit commission, des commerçants qui essaient de vous extorquer la moindre roupie, des odeurs plus ou moins fortes qui se dégagent par une chaleur écrasante... mais aussi par les couleurs sublimes des saris dont sont vêtues 90 % des femmes indiennes, par les monuments aussi raffinés que l'histoire de ce grand pays, sans parler de la richesse de la nourriture qui saura tout à la fois ravir ou enflammer tous les palais à qui aura l'âme aventureuse de commander un plat sans en connaître la consistance...

 

Alors vous l'aurez compris, l'Inde est un pays compliqué dans le plus profond de sa société où les contrastes se mélangent. Et qu'on le veuille ou non, c'est un pays qu'on adore et qu'on déteste à la fois ! Un voyage en Inde s'est avant tout plonger dans l'inconnu et dans l'imprévu. En se laissant un peu faire mais sans jamais relâcher la pression, un voyage en Inde du Nord devient forcement un moment inoubliable ! La difficulté du quotidien s'estompe au fil du temps et seul ce petit goût de reviens-y demeure car il ne faut pas l'oublier, la véritable essence et l'âme insaisissable de l'Inde reste, pour nous autres européens, un vaste mystère...

 

 

On en retient finalement des fils rouges... :

. Amandine et Sylvio... nos 2 petits français qui suivaient la même route que nous et avec qui nous aurons finalement partagé presque 3 semaines de voyage

. le terrible klaxon... dont les conducteurs indiens usent et abusent

. les sublimes « samoussas »... qui nous auront servi de petit-déjeuner pendant un mois

. les chauves-souris... plus ou moins grosses (dont certaines vraiment énormes) qui tous les soirs migrent de leurs arbres des centres-ville en quête de nourriture

. les bouses de vache... bien plus présentes que les merdes de chien sur les trottoirs parisiens mais surtout bien plus grosses...

Le proverbe indien

« Chaque européen qui vient en Inde apprend à avoir de la patience s'il n'en n'a pas et la perd s'il en a. »