MONGOLIE

LES STEPPES ET LE THE AU BEURRE DE YAK

Capitale : Oulan-Bator
Régime :
République démocratique parlementaire
Monnaie : Tögrög (T)
Superficie : 1 565 000 km² (2,8 fois la France)
Population :
2,99 millions
Langues :
Mongol
Religions : Bouddhisme tibétain

Pourquoi la Mongolie ? 

  • Parce que les sabots de la monture de Gengis Khan résonnent encore dans les grandes steppes de Mongolie…
  • Parce que le « Naadam », la fête nationale et ses 3 épreuves de tir à l'arc, de lutte et de courses de chevaux est un moment exceptionnel à vivre.
  • Parce que Cécile nous a tellement parlé des vertus du thé au beurre de yak que nous avons hâte d'y goûter ! Ah, ah, ah !

 

Que pensons-nous y trouver ?

Les vastes plaines des hauts plateaux de Mongolie, le désert de Gobi... Autant d'images qui font rêver les amateurs de grandes étendues sauvages !

Et, les nomades vivant dans leurs yourtes, mi-hommes mi-chevaux... Quelle aventure de découvrir leur quotidien !

Il y aura certainement des cavalcades à cheval. Reste à Ophély à bien s'équiper pour éviter les désagréments de brûlures mal placées !

Nous tenterons surement l'expérience de la nuit en yourte. Une pensée à Cécile et sa copine nous accompagnera forcément à ce moment-là. Surtout au petit matin !

Quant à l'expérience culinaire (toujours spéciale dédicace à Cécile), l'avantage amaigrissant nous serait plus utile aujourd'hui qu'au moment venu, où la solitude nous envahira très certainement devant notre bol de thé au beurre de yak. Vite, une part de gâteau au chocolat en attendant !

Et puis, le départ en « Transmongolien » ! Les grands espaces... en train ! L'aventure, encore et toujours.

Nous espérons que ce passage en Mongolie sera une occasion de retrouver nos sources terriennes avant d’amorcer notre retour vers la capitale !

 

Alors, ça a donné quoi ?

Du pays de Chinggis Khan (ou Gengis pour les intimes), il sera difficile d'oublier cette quantité de tons de vert qui habillent les steppes en fin d'après-midi... car à défaut d'arbres, ce sont bien les herbes rases qui font le décor dans ces immensités ! Mais contrairement à ce qu'on avait imaginé, la Mongolie n'est pas « que » plate ! Montagnes, dunes, falaises et lacs... égrainés un peu par-ci, un peu par-là, font de ce territoire une ode à la nature sauvage, un terrain de jeu qu'on aura pris beaucoup de plaisir à explorer à bord de notre van russe. 3 semaines, 3500 km, 1 pneu éclaté, 3 douches chaudes, mais oh combien de « Put..., c'est beau quand même ! ». Difficiles à décrire, difficiles à raconter, ces paysages là sont plutôt du calibre à contempler la bouche bée...

Pourtant, ce qui nous aura le plus marqué de ce mois passé en Mongolie, ce n'est pas cette splendide Nature mais bien plus la chaleur humaine de ses « rudes nomades ». Une chaleur humaine qui n'est malheureusement plus vraiment à l'ordre du jour dans nos sociétés modernes... Pas d'internet, pas de « Facebook » dans les steppes, ici on se regarde droit dans les yeux et même si on ne parle pas la même langue, un sourire et quelques gestes valent toutes les SMS du monde. Vous l'aurez compris, ces quelques jours en famille nomade aura été le point d'orgue de notre séjour. Derrière une grande timidité, nous aurons découvert chez ces gens, qui vivent chichement au jour le jour, au rythme des saisons et de leurs bêtes, dans un climat des plus rudes, une simplicité... une honnêteté... et une gentillesse sans pareilles !

Entre deux larmes, nous leur avons déjà promis de revenir en terre mongole et croyez-nous, nous tiendrons notre promesse !

 

 

On en retient bien sûr des fils rouges... :

. notre super bolide « bumpy watz » sur les pistes de Mongolie... mené d'une main de maître par notre chauffeur Bazaara

. les criquets... des autobus ambulants capables de nous réveiller en pleine nuit lors d'un de leur vol prolongé au-dessus de la tente ! Non, nous ne parlons pas de science-fiction !

. les « ger »... toujours rondes, pas toujours bien calfeutrées !

. la viande séchée bouillie... en bouillon, en beignets frits, en beignets vapeur...

. les toilettes mongoles ou un trou à ciel ouvert donnant sur une fosse avec vue 180° sur les steppes

. les mobylettes toujours chevauchées par des chauffeurs au virages burinés accompagnés d'au moins 1 ou 2 passagers...

Le proverbe mongol

« Si en bâtissant on écoutait les avis de tout le monde, le toit ne serait jamais posé. »