11 – 14 NOVEMBRE 2009 – J+94 - J+97 – MIAMI VICE VS LES EXPERTS

 

Après quelques négociations commerciales à Windhoek (il nous fallait bien troquer nos glacières et chaises de camping contre quelques colliers himbas) et une dernière halte technique parisienne (notamment pour récupérer l'exposition photo de notre dorénavant célébrissime photographe, Ander), nous avons dit adieu à notre appartement pour les neuf prochains mois le cœur serré et avons mis le cap sur Miami ! A nous les deux beaux gosses de flics (cf Miami Vice ou Horacio pour les plus jeunes) !

 

15 NOVEMBRE 2009 – J+98 – BIG BROTHER IS WATCHING YOU

 

Réveil à 5h30 du matin après une soirée « charcuterie, fromage et château Gareau » avec nos amis Pascaline et Jérôme, dur, dur !! Qui a dit qu'un tour du monde, c'était des vacances ?! Enfin, pour la bonne cause, on peut faire des efforts ! Surtout que s'il a une journée où il fallait montrer patte blanche, c'est bien celle-ci. Et oui, nous nous rendons aux États-Unis, pays de la liberté, de la démocratie... pays en « guerre » surtout et victime du syndrome de la prison dorée.

Tout commence à l'aéroport de Roissy Charles-De-Gaulle dans la file d'American Airlines. Premier questionnement : destination, billets, passeports, nombre de bagages, nombre d'escale. Bon, jusque là, rien de trop surprenant. Quelques mètres de plus, disons 3 et là, on s'est retrouvé face à un comptoir (qui n'est pas d'enregistrement) où il est noté en gros « SECURITY ». Au cas où on ne l'aurait pas remarqué, là, fini la rigolade. Deuxième interrogatoire : « Avez-vous fait vous-même vos bagages, quand les avez-vous fait, les avez-vous toujours eu sous votre surveillance depuis, quelqu'un vous a-t-il confié un paquet depuis ce moment, Miami est-elle votre destination finale, combien de temps y restez-vous ? 3 jours ? Comment cela se fait-il ? Un tour du monde ?! Ah, oui, effectivement, je vois bien cela sur mon écran, Miami, Managua, Bogota, Santiago, etc... Retour en août 2010 de Moscou. Correct ? » Oui, oui, OK, OK, c'est pas le moment de faire les andouilles ! Ouff, ça y est, on a l'étiquette magique de validation des bagages. On va enfin pourvoir atteindre le comptoir d'enregistrement. Enfin, le « check-in » classique. Enfin, presque. « Dans quel hôtel descendez-vous ? On ne sait pas encore. Quoi ? Et bien, on n'a pas de réservation, on va trouver sur place. Directement, à votre arrivée ? Oui, on va chercher. Ah, mais il me faut une adresse qui doit correspondre à celle que vous allez noter sur votre formulaire d'entrée aux Etats-Unis. Ah ? Et bien, mettez « l'Intercontinental » ou « le Mandarin Oriental » (les 2 +beaux hôtels de la ville...). Non, non, on n'a pas osé. Faut pas rigoler avec les Américains. Mettez « Tropic Hotel » à Miami South Beach (c'est un petit hôtel qu'on avait repéré au cas où). » On arrivera finalement sans encombre dans l'avion pour un répit de quelques heures avant l'arrivée sur le sol américain. Et oui, on continue la psychose ! Heureusement, la douanière était gentille. Mais cela ne l'a pas empêché de prendre nos 10 empreintes digitales et une petite photo de notre trogne pour nous rentrer dans sa belle machine à détecter les terroristes ! Ça y est, maintenant que l'on est fichés, on peut enfin aller récupérer nos bagages. Tiens, tiens, un monsieur en costume avec une plaque sur le torse est en train de fouiller un bagage avec son chien « renifleur ». Ouff, c'est pas les nôtres. Sauvés car ici, ils ne se posent pas de question, si le chien sent, le chien sent. Alors, le gentil flic fait sauter le cadenas et se met à fouiller dans les affaires à la recherche du paquet suspect. Pas besoin d'autorisation ni encore moins d'attendre le propriétaire de la valise. Welcome to Miami !

16 – 17 NOVEMBRE 2009 – J+99 - J+100 – SEA, SUN & SHOPPING

 

48 heures, ça passe trop vite. Du coup, on a été à l'essentiel : les immeubles Art Déco, les stars, les « mall » (grandes voire ultra-grandes galeries commerçantes) et la plage !

Logés en plein cœur de Miami South Beach, le quartier Art Deco le plus important au monde, on a commencé notre petite escapade par un tour d'horizon culturel. Les façades aux couleurs pastels, aux angles arrondis, aux néons multicolores, ajoutées aux palmiers et aux artères typiquement américaines, dégagent une ambiance de station balnéaire au milieu d'une grande ville. Surprenant et surtout très agréable. On sent que c'est une ville où il fait bon vivre ! D'ailleurs, on est étonnés que notre ami Dimitri lui ait préféré Sydney ! D'autant plus avec la présence du « Mango's Tropical Café » (private joke).

Ensuite, nous nous sommes concentrés sur les... stars ! Direction le centre-ville pour une petite croisière dans la baie de Miami à la découverte de ces fameuses îles où de nombreux « people » ont établi leur quartier : l'exclusive Fisher's Island accessible que par bateau ou hélicoptère (excusez du peu) protège entre autres Tom Cruise et Elisabeth Taylor des paparazzis ; Hibiscus Island et Palm Island, quant à elles, concentrent P. Diddy, Silvester Stallone, Shaquille O'Neal, Julio Iglesias, l'inventeur du Viagra (quand on dit que le sexe, ça paie ! La preuve, c'est la demeure la plus chère des deux îles) et on en passe... Hormis une révision de notre culture « Voici », cette balade fut très agréable et nous a permis de mieux percevoir comment est construite la ville, au milieu de l'eau, arrosée de multiples canaux et protégée de l'océan par Miami Beach.

Objectif suivant : le shopping ! La difficulté première, choisir le « Mall », sachant qu'il y a même des tours organisés pour passer la journée à faire les magasins avec transferts depuis l'hôtel pris en charge par le centre commercial ! Bon, on s'est rabattu sur le plus près du centre, à 1 heure de bus et on s'est contenté de ses quelques 280 boutiques.

Epuisés de tous ses essayages, on a fini par tester le quatrième élément de Miami : la plage ! Petit bronzage express sur le sable fin et séance photo des « tours de guet » art déco également des fameux Miami Beach life guards (bref les secouristes).

Un dernier burger au « Diner » (spéciale dédicace à Thierry) et une ultime balade sur Ocean Drive, et nous voilà déjà partis vers l'Amérique centrale. A nous les volcans, le café, l'effervescence latine et la moiteur tropicale !